ベニン:クトヌーからコトヌーへ、記憶を取り戻すための歴史への飛び込み - JeuneAfrique.com

Carte postale des années vingt. © fondation zinsou

À travers une exposition visible jusqu’en octobre, la Fondation Zinsou invite les Cotonois à (re)conquérir une mémoire partiellement effacée par la parenthèse coloniale.

Cotonou ne doit pas son nom à l’or blanc qui transite par ses artères et remplit les poches de ses transitaires. Kutonu, c’est « la lagune de la mort », en langue fon. Une terre en marge, un bout du monde marécageux d’où a émergé presque soudainement une ville carrefour, cosmopolite et changeant sans cesse. Mais une cité sans histoire, aussi, celle avec un grand H, dont ses voisines Ouidah et Abomey ont écrit les pages au fil des siècles. Sauf que cette réputation est fausse, et l’exposition « Cotonou(s). Histoire d’une ville “sans histoire” », à découvrir jusqu’en octobre à la Fondation Zinsou, y apporte un démenti cinglant.

Sur un grand écran, une carte évolutive invite le visiteur à suivre, étape par étape, l’expansion de la ville du début du XVIIe siècle à aujourd’hui. Une croissance quasi organique. Les premières cartes, imprécises, sont l’œuvre des esclavagistes européens, qui ratissent alors le littoral pour leur funeste récolte humaine. Dans un espace presque vide, Cotonou se résume à un chapelet de villages éparpillés, occupés par des clans xwlas, toffinus ou sètos qui ont trouvé là un refuge face à l’avancée des guerriers du royaume d’Abomey.

あなたは今、あなたのJeune Afriqueアカウントに接続されていますが、あなたはJeune Afrique Digitalに加入していません

これは 加入者のみ


7,99€からの購読無制限のすべてのアイテムにアクセスする

すでに加入者ですか?

助けが必要

加入者のメリット

  1. 1。 サイトとアプリケーションJeuneafrique.com上の無制限のすべての記事にアクセスする(iOs&Android)
  2. 2。 Jeune AfriqueアプリThe Magazine(iOS&Android)で、発行前24時間の各号とシリーズ外のJeune Afriqueのプレビューを入手してください。
  3. 3。 購読者向けの毎日の貯蓄ニュースレターを受信
  4. 4。 2年の若いアフリカのアーカイブをデジタル版でお楽しみください
  5. 5。 毎月のオファー暗黙のうちに再生可能な期間の約束なしの購読*

*サービスは無制限のサブスクリプションでのみ利用可能です。

この記事は、最初に登場しました 若手アフリカ